L’iCi vient de terminer un cycle de formation théorique et pratique en énergie solaire au centre de formation de Mopti

L’iCi vient de terminer un cycle de formation théorique et pratique en énergie solaire au centre de formation de Mopti

Les jeunes techniciens  fraichement diplomés avaient tous suivi une formation pratique d’une centaine d’heures théoriques suivies d’un stage pratique de 3 mois au sein d’entreprises ou d’ONG partenaires. 

Au centre de formation de Mopti, au coeur de la 5ème région du Mali, un groupe de 50 Jeunes vient de terminer un cycle de formation théorique et pratique en énergie solaire. 10 autres jeunes ont été formés à la maintenance hydraulique villageoise et 70 ont suivi une formation de « découverte et perfectionnement de la bureautique ». La formation était conduite par des professionnels certifiés recrutés par l’ICI.
Le centre de formation de Mopti poursuit ses activités avec une nouvelle promotion d’une centaine de jeunes dans un esprit convivial et apaisé.

Les jeunes techniciens  fraichement diplomés avaient tous suivi une formation pratique d’une centaine d’heures théoriques suivies d’un stage pratique de 3 mois au sein d’entreprises ou d’ONG partenaires. 

L’iCi est engagé depuis plus de deux ans au sein d’une région très sensible du Mali pour  contribuer à l’apaisement de la 5e région par l’emploi des jeunes, l’accès à l’eau potable et l’énergie (solaire).

L’iCi est engagé depuis plus de deux ans au sein d’une région très sensible du Mali pour contribuer à l’apaisement de la 5e région par l’emploi des jeunes, l’accès à l’eau potable et l’énergie (solaire).

L’Institut de Coopération Internationale est engagé depuis plus de deux ans au sein d’une région très sensible du Mali pour  contribuer à l’apaisement de la 5e région par l’emploi des jeunes, l’accès à l’eau potable et l’énergie (solaire).

Le projet intitulé « Apaisement en 5e région, par l’accès à l’eau potable, l’énergie solaire et l’emploi des jeunes »  se découpe en plusieurs volets :

  1. Formation technique en maintenance hydraulique villageoise ; technique de forage et de fonçage, installation des systèmes d’exhaure, maintenance des pompes hydrauliques.
  2. Formation de techniciens en énergie solaire et spécifiquement à la maintenance des systèmes de pompage solaire, technique et maintenance des installations en éclairage solaire, installation et maintenance de panneaux solaires pour autres appareils.
  3. Formation annexe non certifiée en numérique de base (60 heures) et en particulier en bureautique ; petite maintenance ; webmaster et référencement.
  4. Formation complémentaire en entrepreneuriat avec accompagnement intensif des jeunes vers une activité économique durable.

En 2019 / 2020,  50 Jeunes ont été formés en énergie solaire et 10 en maintenance hydraulique villageoise. Tous sont en train de profiter des connaissances acquises dans leurs localités respectives (Source : points focaux de l’ONG Humanité&Inclusion). Enfin, plus de 70 jeunes ont été formés à la découverte et au perfectionnement de la bureautique.

Les « Techniciens Installateurs en panneaux solaire et photovoltaïque » fraichement diplômés avaient suivi préalablement une formation pratique d’une durée de 120 heures au centre de l’ICI à Mopti suivie d’un stage pratique de 3 mois au sein des équipes d’entreprises ou d’ONG partenaires.

Concernant le volet hydraulique, la formation théorique est de 4 heures par jour et cela pendant 4 jours au centre, suivie d’un stage pratique sur les chantiers de la Direction régionale de l’hydraulique pour 15 jours.

Les formateurs

Hydraulique

La formation en hydraulique est assurée par l’équipe de la Direction régionale de l’hydraulique de la 5ème région, constituée d’ingénieurs et de techniciens.

Energie Solaire

AITA SERVICE a été sélectionné pour assurer la formation en énergie solaire aux 50 jeunes qui ont été préalablement identifiés par Humanité&Inclusion. Cette formation est dispensée par deux techniciens supérieurs  dont un principal et son assistant. Ces deux formateurs,  après les études à l’ECICA de Bamako.

Les apprenants

Les connaissance acquises permettent aux étudiants des deux volets d’installer  correctement  ou dépanner des installations hydrauliques et solaires. La sélection des apprenants au Mali se fait avec l’appui des collectivités locales (mairies, Conseils de cercle, Conseil régional) ; les services techniques (Hydraulique, Direction régionale de la jeunesse, Formation professionnelle) ; l’APEJ ; le Conseil Régional de la jeunesse ; la Conférence régionale des chambres de métiers ; la Coordination Régionale des artisans ; Coordination Régionale des femmes, etc…

Hervé Dubois : missions dans la Corne de l’Afrique

Hervé Dubois : missions dans la Corne de l’Afrique

30 ans d’humanitaire, ça rend humble !

En 1985, j’effectuais mes premiers pas dans l’action humanitaire. Partout à la radio, on parlait de Médecins sans Frontière qui venait de se faire sortir de l’Ethiopie par un gouvernement qui, de façon autoritaire, déplaçait avec force et maltraitance des populations isolées et affamées. On voyait alors à la télévision tous ces corps décharnés et assoiffés réunis dans des camps de déplacés. Depuis, combien de fois les ONG sont allées dans cette région de l’Ogaden, différente, musulmane, nomade et souffrante pour porter secours. Combien d’organisme Onusien sont intervenus à grand coup de million de dollars pour trouver une solution durable.

Ce mois-ci, à la demande d’un collectif de femmes Ethiopiennes, je me suis rendu sur place pour faire une nouvelle évaluation et calibrer une énième action. J’ai vu les mêmes populations, j’ai reconnu les mêmes acteurs humanitaires et j’ai revu les mêmes autorités Ethiopiennes toujours campées sur leur sentiment de méfiance à l’égard de cette région. Les causes de cette situation sont toujours les mêmes depuis 30 ans :

  • politique car tension avec le pays voisin la Somalie dont sont issues ces populations,
  • religieuse car zone minoritaire musulmane dans un pays à majorité Orthodoxe,
  • éducative car ces populations n’arrivent pas à gérer économiquement leurs troupeaux
  • et bien sûr, climatique car la désertification et la stérilisation d’une partie des sols rend cette région bien hostile pour bâtir une vie apaisée pour ces millions de nomades pourtant si courageux et généreux.

Donc, nous allons faire pour ces populations rencontrées, la même chose que nous avons fait pour leurs parents, il y a 30 ans. Leur donner à boire et à manger.


Au-delà d’un sentiment d’inefficacité, je ressens une totale impuissance face à la dérive inéluctable qui se dresse devant nous. A 200 kms de ce camp ou je suis, il y a les milices salafistes Al-Shabaab, liées à d’Al Qaïda, qui recrutent des jeunes sans avenir pour en faire des martyrs et des fous de Dieu en vue de construire un autre monde, bien sombre …mais où on ne meure pas de faim !