En moins de deux mois, le Mali, déjà traumatisé par une situation politique et sociale dramatique, vient de perdre deux hommes d’état capables de soigner le Mali du malaise suicidaire qu’il vit depuis de nombreuses années.

Amadou Toumani Touré et Soumaila Cissé, deux hommes très différents, au départ l’un était officier militaire et l’autre ingénieur informatique, avaient en commun ce sens aigu de la démocratie et du service de l’état. Leurs carrières politiques exceptionnelles et leurs carrures internationales donnaient à ces deux personnalités la capacité et la crédibilité pour sortir le Mali de l’ornière.

Autrefois opposants, ils avaient tous deux un seul but politique : la paix pour la reconstruction de leur pays. Après la chute d’Ibrahim Boubacar Keita, récemment destitué par les militaires et la libération début octobre de Soumaïla par les Djihadistes du Nord, nous pensions tous que ces deux hommes d’expérience pouvaient avoir un rôle à jouer pour l’apaisement et la réconciliation dans ce beau pays. Ces deux personnalités étaient capables d’apporter à la fois l’espoir pour des millions de Maliens, traumatisés par le terrorisme florissant sur le terreau de la pauvreté, et la confiance de la communauté internationale.

Nous espérons tous qu’une génération nouvelle et vertueuse redonne au Mali toute sa grandeur mais, pour avoir connu ces deux hommes, dont je respectais beaucoup le tact, la rigueur et l’expérience, le Mali vient de perdre deux grands hommes d’état.

L’année 2020 aura été une année terrible pour le Mali avec de tristes records en termes de pauvreté, d’insécurité et d’instabilité politique sanctionnés par un coup d’état militaire. Et pour couronner le tout, une situation sanitaire alarmante où la Covid revient en force en cette fin d’année.

Je ne sais pas ce que 2021 nous réserve, espérons seulement que les femmes et les hommes au pouvoir aujourd’hui au Mali puissent, par des actions politiques et économiques fortes, ralentir la montée de l’extrémisme religieux promettant un avenir meilleur à ceux qui continuent de souffrir dans les campagnes.

 

Écrit par Hervé Dubois, Paris le 26 décembre 2020.

© image ERIC FEFERBERG / POOL / AFP

Amadou Toumani Touré, décédé le 10 novembre 2020 suite à une intervention chirurgicale.

Soumaïla Cissé est décédé de la Covid le 25 décembre 2020.